L’Etonnant Festin

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Auvergnate, Limousine, de l’Aubrac, vous allez voir qu’elle est issue d’une multitude d’endroits de la région.

La cuisine du Massif Central

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? En tout cas un des plats extraordinaires de chez nous, le boudin est à l’honneur dans l’étonnant festin

Le boudin un plat succulent © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? L’agneau fait partie intégrante de la cuisine de la région, et vous allez voir qu’il en existe une multitude de races.

Après plusieurs heures de cuisson, l’agneau du Massif Central prêt à être dégusté © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Chez nous, nous n’avons pas la mer, mais nous avons de très bons poissons dans nos rivières, mais aussi ce qu’on appelle des poissons de voyage.

Le hareng saur se déguste avec des oignons et un peu d’huile d’olive © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Tout est bon dans le cochon. Et toutes les recettes de cochon sont bonnes dans le Massif central!!!

Tout est bon dans le cochon, surtout dans le Massif Central © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Un objet typique dans le Massif central est le livre de recettes familiales. On y trouve de vrais pépites de la cuisine populaire de notre région.

Les cahiers de cuisine du Massif central contiennent de vraies pépites culinaires de notre région © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? La chèvre du Massif central a bien failli disparaître, mais a été sauvée grâce au travail de passionnés de la région.

La chèvre du Massif Central nous régale grâce à sa viande mais aussi grâce à son lait. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Le Massif central, un vrai pays de cocagne. Et nous avons dans la région énormément de produits qui possèdent grâce à leur savoir-faire, l’appellation AOP.

De nombreux produits du Massif Central possèdent l’appellation AOP

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Un produit extraordinaire du Massif central : les pommes. Il en existe des dizaines de variétés dans la région qui sont dégustées un peu partout dans le pays.

Les pommes, un produit extraordinaire du Massif Central qui peut se déguster de mille façons. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? La cuisine ce sont aussi les plantes. Et nous en avons une dans le Massif Central, que l’on trouve dans le massif du Sancy notamment. La gentiane.

Une belle plante qui pousse dans nos montagnes. La gentiane © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Un sucre naturel, produit dans le Massif central et qu’on aime à déguster de 7 à 77 ans, le miel. Et notre région avec ses nombreux arbres et plantes, permettent à nos abeilles d’en faire un succulent.

Le miel. Chez nous les abeilles profitent d’une nature luxuriante pour en faire un délicieux © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Le clafoutis est une gourmandise pour petits et grands. Enfermer des fruits dans de la pâte, c’était peut-être une drôle d’idée au départ, mais c’est finalement si bon!!!!

Chaud quand il sort du four, frais pour le goûter, en toute saison et à toute heure, le clafoutis est un régal © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? En balade, on peut s’arrêter pour respirer la nature sur les côteaux de Clermont. Et on en profite pour ramasser ce qu’on appelle des salades sauvages. Mais qu’est-ce que c’est? La réponse grâce à Eric Roux.

On les voit, on les ramasse, les salades sauvages sont un délice pour les yeux et pour les papilles © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Toujours en balade, mais cette fois pas de salade. On se baisse pour ramasser les champignons. Et en particulier les cèpes qui sont un des symboles culinaire du Massif central.

Une bonne poêlée de cèpes. Rien de plus réconfortant après une bonne balade en forêt. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Une particularité du Massif central : les marchands au panier. Des petits maraîchers particuliers qui nous vendent les très bons produits qu’ils cultivent dans leur jardin.

Les marchands au panier, une des richesses du Massif central qui permet de découvrir les bons produits qui poussent sur notre terroir © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Il n’y a pas que les Italiens ou les Chinois qui font des pâtes. Chez nous à Clermont-Ferrand, nous savons aussi faire des pâtes.

En ravioles, en spaguetti, en linguini, avec de la sauce tomate, de la crème, en gratin ou accompagnées de poulet ou de champignon, les pâtes sont un met délicieux dont nous avons le savoir-faire dans la région © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? En bord de nos champs, les noyers semblent nous appeler à croquer quelques noix. Elles se dégustent également sous forme d’huile pour les salades ou les sauces.

On en trouve un peu partout dans la région. On les adore seules, en salade ou sous forme d’huile. Les noix c’est bon et bon pour la santé. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Nous avons tellement de recettes dans le Massif central, qu’il fallait bien les regrouper quelques part. Et grâce à quelques passionnés, elles sont trouvables dans des livres de recettes qui renferment des petites pépites culinaires.

Les archives gourmandes du Massif Central se retrouvent dans de nombreux livres de recette. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? La première étape avant de bien cuisiner et faire de bonnes recettes, ce sont les produits. Et grâce aux semenciers paysans du Massif central, nous gardons une autonomie culinaire et une diversité potagère.

Les semenciers paysans sont la sauvegarde de fruits et de légumes de la région. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Une des caractéristiques de la cuisine du Massif central et française et que tout le monde aime : le jus. Et il y en a des façons de fabriquer un jus. Et c’est d’une simplicité enfantine.

Le plaisir de tous les gourmets et gourmands. Saucer le jus…Un vrai savoir-faire bien de chez nous. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Les viennoiseries du Massif central prennent toutes les formes selon les fêtes tout au long de l’année. Du bonhomme à la corne, en passant par des formes plus coquines, toutes les folies sont permises.

Même si elles peuvent prendre toutes les formes, les brioches sont toujours aussi bonnes à déguster. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Dans le Massif central on fait aussi du vinaigre. Un goût dont nous sommes plutôt friands dans la région. Il a marqué la cuisine de notre territoire.

il pepse tous vos plats. Nous en sommes plutôt friands dans le Massif Central, le vinaigre s’accommode de tous les plats. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Notre région est très accueillante et nous avons de nombreuses communautés venues du monde entier qui ont largement contribué à ouvrir la cuisine du Massif central sur le monde. 

Avec l’arrivée au fil des ans de communautés venues du monde entier, la cuisine du Massif central en a profité pour se réinventer © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Un condiment essentiel à la cuisine du Massif central, le cornichon met du peps dans vos plats ou en accompagnement.

Les cornichons au vinaigre ou aigre doux sont délicieux en accompagnement des plats de la région. Et on peut même les faire nous-mêmes, rien de plus simple © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? En hiver, quand les températures baissent, quoi de mieux pour tenir chaud qu’un bon bouillon. Et chez nous, le bouillon, on sait faire. Bon pour le corps, les papilles et l’esprit.

Le bouillon, c’est bon, ça tient chaud et c’est très facile à faire. On peut même accommoder les restes grâce au bouillon. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Facile à faire, on les garde longtemps et c’est merveilleux à ajouter à vos plats. Lentilles verte du Puy, lentilles blanches, pois chiches. En apéritif, en accompagnement pour le repas, mille façons de déguster les légumes secs.

Les légumes secs, il en existe tellement de sortes différentes qu’on pourrait en manger pendant des jours sans jamais manger le même plat © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Nous sommes en pleine saison du chou rouge. A manger chaud, ou en salade, il est l’accompagnement idéal pour les viandes très goûtues. Si en plus on le cuit au vinaigre, c’est divin!!!

Chaud, froid ou même en confiture, le chou rouge est un accompagnement exceptionnel pour vos viandes © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? On en trouve dans toutes les montagnes et forêts de la région. Les champignons se ramassent en balade, et se dégustent une fois revenu à la maison. Une préparation simple et rapide, et c’est le régal assuré.

Ils ont le goût de bois du Massif Central. Facile à préparer et merveilleux à manger, les champignons font partie intégrante de notre cuisine. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Lien et partage, c’est aussi ça la cuisine du Massif central. Les poivrons ne sont pas issus de la région, quoiqu’on puisse les faire pousser dans nos potagers. Et on en fait des mets incroyables.

Venus des balkans, les poivrons se sont invités au fil des ans dans nos potagers et dans nos assiettes © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Un plat typique de chez nous, les pommes de terre râpées et cuites en paillasson font le régal des petits et des grands. Et ça change des frites et autres pommes de terres rôties…

Cuites dans du lard gras, râpées et agrémentées d’oignons et d’herbes, les pommes de terre en paillasson sont un des plats du Massif Central. © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Chez nous on n’a pas le Glaude, ni la denrée. Mais la soupe aux choux reste un des plats qu’on aime à déguster dans le Massif Central. 

Pas besoin de venir d’une planète lointaine pour aimer la soupe aux choux du Massif central © Getty

Y a-t-il vraiment une cuisine spécifique au Massif central? Une fois qu’on a fait la cuisine, il faut savoir ne rien jeter. La cuisine du Massif central c’est aussi l’art d’accommoder les restes. Et on en fait des plats divins.

L’art d’accommoder les restes, c’est aussi ça la cuisine du Massif Central. On ne gâche pas et en plus on se régale. Que demander de plus? © Getty

Articles connexes

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici