Oser dire non à un mariage triste ! Par Eveline Bouillon

Bonjour à tous et excellente année 2022 à tous nos auditeurs !

Quelle chance de vous accompagner ce premier jour de l’année.

Et justement vous savez que ce début d’année est propice aux bonnes résolutions…

Oui en effet, c’est une tradition d’exprimer des souhaits et de décider des changements, aussi petits soient-ils…

Nous avons lancé la semaine dernière une boîte mail sur laquelle les auditeurs peuvent partager leurs voeux réalisés ou futurs. Le but est d’inspirer les auditeurs de France bleu et de prendre la résolution de réaliser au moins un rêve en 2022.

Il suffit d’envoyer un mail à [email protected] et de raconter ce que vous souhaitez ou ce que vous avez souhaité et comment ça s’est passé.

Nous puiserons dans les témoignages pour nourrir notre pastille tout le mois de janvier.

Aujourd’hui une belle histoire a retenu notre attention.

Une jeune femme nous a écrit qu’elle s’était mariée jeune et qu’elle s’était consacrée à ses enfants mais qu’elle souffrait en silence sans trop comprendre pourquoi.

L’année dernière elle a fait le vœux de reprendre sa vie en main.

Mais comment changer et dans quelle direction quand on n’a pas de diplômes et plus d’expérience professionnelle depuis plus de 10 ans ? En réalité, elle avait une expérience qui avait de la valeur et un goût pour cela : l’éducation des enfants.

Elle a proposé ses services en centre aéré le mercredi et à la cantine de l’école.

C’était déjà une grande décision car étant de confession judaïque il lui a fallu accepter de mettre ses enfants à la cantine et de les laisser se débrouiller face à des repas pas toujours adaptés.

Grace à cette ouverture sur le monde du travail, elle a pu discuter avec des collègues, et petit à petit se rendre compte que son couple l’avait cantonnée à des tâches ménagères.

Sa relation maritale ne la rendait pas heureuse, ils ne se parlaient plus. Ils se disputaient beaucoup depuis le début du mariage. 

Cela la maintenait dans une dépendance totale financière et affective sans lui offrir la vie dont elle rêvait.

Le changement est venu rapidement au fur et à mesure de ces différentes prises de conscience. Elle écrit qu’elle a eu l’impression de « sortir d’un cauchemar long de 10 ans ».

En moins d’un an elle a divorcé et appris à vivre par elle-même. Elle a construit des projets et quitté son état dépressif et défaitiste.

C’est une belle histoire qui peut sembler banale mais qui montre une grande énergie vitale de la part d’une jeune maman délaissée.

Pourquoi avez-vous choisi ce partage ?

Parce que prendre des résolutions ça commence souvent par de petits changements. Si on met la barre trop haut, il est impossible de changer sa vie. En revanche si on porte son attention tous les jours sur ce qu’on peut changer en faisant de petits pas, on a beaucoup plus de chances d’évoluer.

Et aussi parce que trop de femmes subissent une situation familiale qui ne leur convient pas, car elles se sentent impuissante ou par amour pour leurs enfants alors qu’oser reprendre en main sa vie, c’est possible… !

Articles connexes

Derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici